1

Malgré la crise sanitaire, les Français sont moins endettés

Alors que le nombre de ménages en situation de surendettement a baissé de 38 % de 2015 à 2019, il semblerait que cette baisse persiste, consacrant par la même occasion la politique de soutien de l’Etat français en cette période de crise.

D’après Olivier Dussopt, Ministre de l’Action et des Comptes publics, la crise du Covid-19 va coûter 424 milliards d’euros à l’Etat français sur trois ans. Face à cette situation économique déjà difficile, la France a opté pour une politique de soutien de la demande conséquente, sous forme d’aides issues de fonds de solidarité, de financement du chômage partiel, qui s’inscrivent plus globalement dans une stratégie européenne de relance de la demande et de l’offre. C’est en effet près de 193 milliards de ces pertes de revenus liées à la crise sanitaire qui sont prises en charge par l’Etat.

Des revenus sauvegardés pour les ménages

Un soutien de l’Etat qui se ressentait déjà en décembre 2020 et s’observe aujourd’hui par la constance du niveau de revenus des ménages français malgré le poids de la crise sur les entreprises. Ainsi, selon Le Monde, Malgré des situations individuelles très contrastées, les ménages s’en sortent plutôt bien, puisque leur revenu global aura augmenté de 39 milliards d’euros au terme des deux années de crise.  Ainsi toujours selon la Banque de France, « Les dispositifs publics de soutien à l’ensemble des Français ont donc été efficaces pour préserver leur revenu”.

En conséquence, le nombre de dépôts de dossier de surendettement n’a pas augmenté, comme le rappelle le Gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau. Celui-ci a même chuté, selon le nouveau baromètre mensuel de l’inclusion bancaire de la Banque de France de 16% sur les quatre premiers mois de l’année par rapport à l’année 2019. Un constat fait également sur le nombre de demande d’ouvertures de droit au compte, en diminution de 34 % en cumul sur les quatre premiers mois des années 2019 et 2021.

Attention toutefois, car malgré le rôle non négligeable de l’Etat-providence français durant cette crise, cela ne suffit pas à expliquer la baisse des dossiers de surendettement. En effet, comme l’énonce Pauline Dujardin, juriste fédérale de la fédération Crésus dans Le Figaro,  «les mesures prises durant la crise sanitaire expliquent en partie cette chute, liée aussi à la méconnaissance de cette procédure et aux difficultés pour déposer un dossier auprès des commissions de la Banque de France durant le confinement ». De fait, la Banque de France observe depuis le début de l’année des demandes d’information de la part des particuliers sur des sujets d’inclusion financière auprès de sites internets spécialisés ou non. Ce problème encore persistant du manque d’information des agents économiques est cependant de plus en plus prise en charge par des organismes publics spécialisés comme les Points Conseils Budget (PCB), qui permet ainsi un suivi individualisé des ménages en difficulté financière.