1

Frédéric Paulet, Président de Lamarck Group : « La gouvernance de la data et l’investissement dans la finance décarbonée représentent des enjeux cruciaux pour les institutions financières »

Diplômé de Montpellier Business School, Chef de projets puis Business Manager et Directeur du Développement de deux Cabinets de Conseil spécialisés en Banque Finance, Frédéric Paulet a co-fondé Lamarck RH en 2012 et Lamarck Financial Services (FS) dès 2014. En 2016, il co-fonde Lamarck Solutions, Lamarck Corporate Services puis Lamarck Institute. Il devient CEO de Lamarck Group en 2018 et intègre les activités de BrainsWatt au groupe en 2020.

Pouvez-vous présenter Lamarck Group ?

Nous avons créé l’entreprise en 2014 avec la conviction que faire participer, faire progresser ses membres et avancer avec eux était essentiel. Elle compte à présent 170 collaborateurs et regroupe un cabinet de stratégie, deux cabinets de conseil opérationnels spécialisés auprès des institutions financières et un institut de formation. Nous accompagnons majoritairement les banques et les assurances pour les aider à gérer leurs transformations réglementaires, organisationnelles et technologiques sur leur marché, soit une quarantaine de grands groupes à ce jour.

 Quelles sont les principales problématiques de vos clients, notamment en matière de mutation digitale ?

Nos clients bancaires sont historiquement préoccupés, de par la nature de leur activité, par les logiques de performance et de sécurité. La transformation digitale, passage obligé pour se moderniser et entamée depuis une vingtaine d’années dans l’économie, les concerne donc au plus haut point. Par le prisme de nos activités, on remarque ainsi qu’elles doivent faire face à 3 enjeux majeurs sur lesquels nous intervenons : la gestion et valorisation des données dont elles disposent au travers de leurs métiers, la recherche de sens de leurs clients et de leurs salariés et le retour à l’attractivité qu’elles avaient de par la complexité de leurs activités.

Les données ?

La problématique de la Data cristallise la deuxième phase de la transformation digitale des entreprises. Les données représentent de ce fait un actif crucial pour les institutions financières. Elles doivent, pour mieux maîtriser leur trading, leurs risques, leurs rapports réglementaires et mieux cibler leurs clients, savoir où identifier ces données clés et comment les recueillir pour les exploiter de manière optimale. D’autant que ces dernières s’accroissent à une vitesse phénoménale. Ces cinq dernières années, nous avons en effet stocké plus de données que les cinquante années précédentes.

Deux de nos cabinets opérationnels, Lamarck Solutions et Lamarck Finance les accompagnent donc avant tout au travers de leur connaissance des métiers financiers et de la Data, dans l’identification de ces données et dans la gouvernance de ces dernières, notamment avec notre partenaire Collibra, un éditeur de logiciel particulièrement performant. Nous pensons que les banques doivent encore accélérer dans ce domaine car elles ont pris du retard par rapport à des secteurs comme la distribution, où nous intervenons également.

A titre d’exemple, l’une de leurs problématiques est que les systèmes d’informations des banques sont le résultat de multiples évolutions et de fait, de couches applicatives qui se sont accumulées au fil des années. Dans ce dédale d’informations, nous les aidons à détecter le bon cas d’usage puis à ordonner et valoriser les données qui en découlent.

 La recherche de sens ?

En effet, compte tenu de leur position centrale dans l’économie, les banques sont en pointe dans le financement de la transition climatique et de la décarbonation de l’économie. Le temps du green washing est bel et bien derrière nous et les institutions financières devront pouvoir présenter ces prochaines années des bilans, au travers de leur actif et de leur passif, avec des preuves irréfutables de participation dynamique à la transition climatique.

Nos consultants les aident à appréhender le risque climatique au travers des métiers qu’elles maîtrisent déjà parfaitement : les risques de crédit, de marché, l’ALM, le front office ou même le Réglementaire. D’autant qu’elles sont à présent sommées par le régulateur d’accélérer leur transition. Notre Laboratoire R&D, le Lab’Innovation de Lamarck, est là pour les aider et les pousser à matérialiser ces risques climatiques. Pour ce faire, nous avons monté un consortium, que nous avons nommé « Climax », avec l’Institut Louis Bachelier, spécialiste dans la recherche d’excellence en économie et en finance, Carbone4Finance, cabinet de conseil en stratégie climat, Energy4Climate, la chaire climatique de l’Ecole Polytechnique et BrainsWatt/TransforMe, des spécialistes de l’idéation et de la stratégie.

Début 2022, nous allons organiser au travers de Climax un «design sprint climatique » qui est un exercice d’idéation interbancaire. Le réchauffement climatique et ses conséquences exposent les entreprises à de nouveaux risques influant leur rentabilité́ et leur viabilité́, c’est pourquoi ils doivent être compris et intégrés par les départements d’analyse et de modélisation crédit. De ce constat, nous invitons, au travers de cet évènement, les spécialistes des institutions financières à développer des solutions concrètes pour la mesure, le suivi et l’intégration de ces risques climatiques.

 Vous dites aussi que les banques peinent à attirer les meilleures compétences ?

Oui, malheureusement. Il y a encore 15 ans, les organismes financiers attiraient les meilleurs profils, qui aujourd’hui, préfèrent à ce que l’on voit, intégrer des fintech ou insurtech, plus souples et moins règlementées. Les banques doivent ainsi faire des efforts énormes pour travailler leur marque employeur, continuer d’attirer les meilleurs et c’est un point sur lequel nous les aidons déjà.

Vous accompagnez également les banques à se montrer plus visibles sur les réseaux sociaux ?

Oui, dans cette même idée de marque employeur, nous accompagnons les dirigeants des banques et entreprises sur leur digital branding. C’est une technique marketing qui permet de développer sa présence en ligne en tant qu’expert dans son domaine. Le but étant de gagner en visibilité́, en crédibilité́ et de devenir une référence sur son marché. Par ailleurs, nous associons les collaborateurs de nos clients, à prendre la parole sur ces sujets au travers d’une offre que nous avons appelée « les Ambassadeurs de l’Impact ». Tout ceci peut être réalisé dans le cadre de notre institut de formation, certifié Qualiopi depuis 2020.

 Les banques doivent changer ?

Nous pensons que oui. Et c’est notamment pour aller dans la bonne direction, poussées par toute la base de leurs clients. Le régulateur européen va d’ailleurs les soumettre en 2022 à un stress test climatique où elles devront éprouver leurs modèles de risques, en incluant des nouvelles données climatiques (c’est ici que nous retrouvons concrètement la problématique de leurs données). Les banques savent bien qu’elles gagneront plus à investir prochainement dans des activités où la transition climatique est intégrée. Elles seront également plus performantes et conformes à la règlementation future, au travers de la création de produits financiers décarbonés.

Vous avez obtenu la certification B Corp (B Corporation). A quoi cela correspond-il ? En quoi cette certification était-elle importante pour vous ?

Ce label est une preuve de nos engagements. Nous l’avons obtenu après des années de structuration et un processus long et exigeant qui récompense le niveau de performance sociale, environnementale et de gouvernance de l’entreprise.

Nous étions en 2020 le premier cabinet de notre segment à être certifié B Corp. Nous avons rejoint le cercle restreint d’environ 150 entreprises en France (3 500 dans le monde) qui ont mis en place une démarche rigoureuse établie selon les meilleurs référentiels internationaux sur 5 grands domaines d’impact : la gouvernance, l’impact sur les collaborateurs, la collectivité, l’environnement et l’influence positive sur les clients. Cette certification est un outil d’amélioration continue pour notre groupe et démontre notre engagement en interne, auprès de nos clients et de notre écosystème.

 

Lamarck Group conçoit un conseil engagé et spécialisé pour amener les entreprises à financer une économie responsable. L’entreprise est Certifiée B Corp, membre de la communauté du coq vert de BPI France (entreprises engagées pour le climat) et de Croissance Plus. C’est un Cabinet de Conseil stratégique et opérationnel, spécialisé principalement auprès des Institutions financières intervenant sur 2 axes : la finance et le Digital : transformation de l’écosystème digital et valorisation de la Data. Le cabinet dispose d’un Lab R&D travaillant sur les Risques Climatiques et les usages de la Blockchain en finance et d’un Institut de formation certifié QUALIOPI.