1

Waterman va relocaliser la production de ses stylos en France

La célèbre entreprise de stylo Waterman va rapatrier ses unités de production chinoises en France. Conséquence directe de la crise sanitaire, cette décision vise à répondre à des enjeux économiques et de souveraineté pour la marque.

Le groupe américain Newell Brands employant 30 000 salariés dans le monde va relocaliser une partie de la production de ces célèbres stylos Parker et Waterman en Loire-Atlantique, à Saint-Herblain. Cette annonce se fait dans un contexte de solidité financière de l’entreprise, malgré les annonces répétées de la fin prochaine des outils d’écriture en raison de la révolution numérique en cours. La crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 a en revanche eu raison du mariage entre la marque de stylo et la Chine. En effet, le directeur général du site Waterman de Saint Herblain explique que “dès la fin 2019, nous avons été très impactés par le Covid sur nos sites de production chinois, ce qui a entraîné une baisse importante de notre chiffre d’affaires”. 

Une relocalisation répondant à des enjeux économiques et environnementaux

Pour ramener sa production chinoise dans l’Hexagone, l’entreprise à investi pas moins de 1,3 millions d’euros dans des lignes automatisées. Un investissement conséquent mais durable sur le plan économique et environnemental : en rapatriant la production en France, l’entreprise réduit les distances de circulation de ses produits et par delà, les coûts engendrés par la chaîne de production. Par ailleurs, l’entreprise a cherché à accroître sa compétitivité en faisant le pari de l’automatisation.

L’usine Waterman a également changé de nom : il faudra désormais l’appeler NWH France Production. En 2020, son chiffre d’affaires s’élève à 19 millions d’euros. Et face à la concurrence accrue sur ce marché, l’entreprise qui employait plus de 1000 salariés dans la région nantaise dans les années 1990 n’en compte plus que 358 désormais, avec un chiffre d’affaires qui a chuté de 15% en 2020. Cette année, l’usine a toutefois retrouvé son niveau d’avant la la crise sanitaire et vise même les 10% de croissance.

Elle continuera d’alimenter de sa production les marchés européens et du Moyen-Orient. En Chine, l’entreprise continuera de fabriquer et de vendre dans le pays. Enfin, côté consommateur, l’entreprise a également investi 700 000 euros dans une machine de conditionnement, dont 150 000 euros proviennent des subventions accordées par l’exécutif dans le cadre du plan France Relance. Malgré les incertitudes de la période s’ouvrant après la crise sanitaire, Waterman poursuit donc son développement.