1

Sanofi va rejoindre le club des sponsors des JO 2024 à Paris

Mardi 13 juillet, Sanofi a officiellement été annoncé comme le dixième sponsor du comité d’organisation des Jeux Olympiques, Paris 2024.

Sanofi a rejoint le club des partenaires des JO d’été. Le laboratoire intègre la catégorie « Premium » aux côtés de BPCE, d’Orange et d’EDF, un rang au-dessus des « Partenaires Officiels » que sont La Française des Jeux, Le Coq Sportif, Cisco et dernièrement PwC. Le comité des Jeux Olympiques peut aussi compter sur des partenaires de troisième rang comme les sociétés de services informatiques DXC Technology et Atos. Au total, Paris 2024 a annoncé avoir signé 600 millions d’euros de partenariats, ce qui revient à la moitié de l’objectif budgétaire final. Cette recette intermédiaire comprend l’accord du cinquième partenaire officiel qui devrait être annoncé avant l’ouverture des Jeux de Tokyo. Le programme de sponsoring est bien rodé car les enjeux sont de taille. 

Les partenaires des JO jouent un rôle majeur dans le bon déroulement de l’événement. Le site internet de Paris 2024 précise que « les Partenaires sont des ambassadeurs de la vision de Paris 2024 », qu’ils « mobilisent tout leur écosystème (collaborateurs, clients, fournisseurs, etc) pour promouvoir les Jeux » et qu’ils « concourent activement au développement de projets en ligne avec la stratégie d’héritage et de durabilité de Paris 2024 ». Leur contribution peut être financière ou technique. Le comité assure que le programme de livraison des équipements ainsi que la trajectoire budgétaire sont maîtrisés. Atos va pouvoir apporter ses compétences pour sécuriser les systèmes informatiques, Orange pour déployer le réseau de télécoms et EDF pour fournir de l’électricité « verte ».

Alors que les Jeux Olympiques de Tokyo, qui étaient grandement remis en question, essuient la perte financière de la billetterie avec les épreuves à huis clos, l’organisation Paris 2024 entame la sélection d’une plateforme de commercialisation et d’émission de billets. Ces entrées devraient compter pour un tiers des recettes estimées en tout à 3,9 milliards d’euros. Les deux autres sources de financement pour l’événement sont la contribution du Comité International Olympique et les opérations de sponsoring. Les produits sous licence devraient également compter pour plus de deux milliards d’euros de ventes. Une quinzaine d’entreprises ont été retenues, « nous allons faire travailler beaucoup de PME en France », a promis l’organisation. La première collection d’articles sera mise en ligne début  septembre.

Une communication efficace

Ce nouveau partenariat est très important. Tony Estanguet, président du Comité d’organisation se dit « heureux qu’une entreprise française leader comme Sanofi rejoigne l’aventure de Paris 2024 » puisqu’elle partage « les mêmes valeurs d’exigence, de créativité et de partage, et la même volonté d’être utiles » avec le rassemblement sportif.

C’est de fait l’occasion de promouvoir des valeurs communes, l’engagement de Sanofi à l’occasion des Jeux Olympiques arrive à point nommé pour l’entreprise. La question de l’image est facile à identifier alors que Sanofi a largement souffert du retard de son vaccin, d’une restructuration en pleine crise, de la suppression de 400 emplois recherche et d’un engagement actif des syndicats pointant les bénéfices et investissements récents.

Pour le Comité, 500 millions d’euros restent encore à trouver, mais Marlène Masure, directrice exécutive développement commercial comité organisation l’affirme : ​« le contexte des Jeux de Tokyo n’a pas d’impact. En termes de montée en charge, nous sommes dans les temps par rapport aux JO de Londres mais avec des revenus supérieurs ».