1

« Par une R&D de pointe, nous incluons dans nos formules cette expertise invisible pour le consommateur mais dont les résultats feront la différence » Samuel Desprets, Directeur général du Laboratoire Shadeline

Rencontre avec Samuel Desprets, Directeur général du Laboratoire Shadeline basé à Mouans-Sartoux dans le Pays de Grasse. À la tête d’une PME d’excellence, acteur clé de l’innovation cosmétique et dermocosmétique, il se confie au Choiseul Magazine sur son parcours, son métier et les atouts de son territoire. Et nous explique la genèse de « Nouveau Souffle », le parfum de l’Institut Choiseul, créé par Shadeline en partenariat avec la maison de compositions Robertet.

Quelques mots sur votre parcours et les étapes professionnelles qui vous ont amené à diriger le Laboratoire Shadeline ?

Passionné depuis longtemps par les industries du luxe, des produits de grande consommation et de la distribution, j’ai pu explorer à travers mes expériences successives plusieurs aspects de leur chaîne de valeur. Cet attrait se double d’aspirations profondes auxquelles fait écho mon parcours.

D’abord celle d’appréhender la vision globale d’une entreprise et de ses enjeux au plus haut niveau, à travers trois belles années passées chez Roland Berger. Due diligence, plans stratégiques, projets de transformation… J’ai constitué un solide bagage analytique et stratégique qu’il me fallait ensuite mettre en œuvre au service d’un projet de développement.

Ensuite, celle de me rapprocher de l’opérationnel et du business dans un contexte international. J’ai à ce titre passé six années passionnantes chez Pernod Ricard en France puis en Afrique, dans des postes de développement et gestion de P&L. Nous avons ouvert cinq filiales en Afrique sub-saharienne : aventure incroyable que de sillonner le continent pour déceler les marchés à potentiel et y implémenter le bon business model.

Enfin celle de diriger, transformer, digitaliser, accélérer une entreprise, avec une appétence particulière pour les PME et ETI. Après une première expérience, j’ai pris la tête du Laboratoire Shadeline avec une double mission : poursuivre le développement de l’entreprise initié par son fondateur et transformer notre modèle pour répondre aux évolutions du marché, de nos clients et des consommateurs.

la transmission d’entreprise offre des opportunités uniques pour les candidats à la reprise. Les trajectoires de carrière invitent de plus en plus à se réinventer, je suis convaincu que de très belles histoires entrepreneuriales peuvent naître hors des sentiers battus.

Le sujet de la transmission d’entreprises est d’importance, particulièrement dans la région Sud. Le passage nécessaire de flambeau d’une génération de dirigeants à une autre rencontre des thématiques actuelles qui préoccupent les jeunes dirigeants : la mobilité professionnelle et géographique, et la recherche de sens. C’est votre cas ?

La transmission de PME représente de multiples enjeux pour l’économie française : maintien et développement d’emplois sur les territoires, pérennisation de savoir-faire, investissements en innovation et dans les appareils productifs… Quand on sait que seules 20% des PME françaises trouvent un repreneur au sein du cercle familial du dirigeant, le succès de ces phases de transmission est capital pour le tissu économique français.

Au-delà de ces enjeux, la transmission d’entreprise offre des opportunités uniques pour les candidats à la reprise. Les trajectoires de carrière invitent de plus en plus à se réinventer, je suis convaincu que de très belles histoires entrepreneuriales peuvent naître hors des sentiers battus.

A titre personnel, je trouve une très grande satisfaction dans la poursuite du développement de notre Laboratoire, à l’image de ce qu’a initié son fondateur il y a plus de de vingt ans. C’est une aventure passionnante que de transformer et adapter une entreprise au contexte actuel, avec ses forces et ses défis.

Votre cœur de métier est la cosmétique et dermo-cosmétique. Quels sont les principaux enjeux de cette filière ?

Si notre industrie a été touchée ces derniers 18 mois par la crise sanitaire, les fondamentaux du marché sont solides et résilients, et l’état d’esprit de l’écosystème est combatif et dynamique. Les grands enjeux n’ont fait que de se renforcer ou s’accélérer.

A commencer par l’importance de mettre à disposition de nos consommateurs et patients des produits qui soient sûrs, sains et performants. La composition des produits est déterminante pour les consommateurs très avertis, le marketing de la preuve est devenu une des clefs de succès des marques. Nos clients ont besoin d’être accompagnés pour trouver des réponses et un accompagnement scientifique dans leurs développements produits. Cela concerne les formules demandées toujours plus clean. Et pour vous citer un exemple, nous travaillons avec l’outil BEAUTYLITIC d’intelligence artificielle pour apporter une vision claire et comparative de nos produits,

Cela concerne aussi les packagings et pour cela, nous nous équipons notamment d’une nouvelle ligne de conditionnement pour augmenter nos capacités sur les formats tubes aluminium, très appréciés de nos clients engagés dans l’éco-conception et l’économie circulaire.

Autre enjeu majeur, la flexibilité et l’adaptabilité face à une industrie qui se digitalise dans sa distribution, la quasi-suppression des stocks et ainsi la nécessité pour nous, partenaire des marques, d’apporter des services qui vont bien au-delà de nos produits.

En tant que partenaire des marques, notre mission est d’accompagner nos clients sur ces transformations, et d’en saisir les opportunités.

Pragmatisme, par notre ancrage territorial et par la collaboration avec un acteur historique du Pays Grassois pour élaborer ce parfum à partir d’une idée originale en un temps record. Shadeline est avant tout un acteur expert en dermo-cosmétique mais nous avons pris beaucoup de plaisir à travailler sur ce beau projet symbolique !

Vous déclariez précédemment être comme « les spécialistes des moutons à cinq pattes, des projets un peu ardus qui demandent une vraie dimension de R&D ». Quelle est la place de l’innovation, de la R&D, de la prospective dans vos activités ? Est-ce un véritable facteur différenciant ?

Notre Laboratoire a été créé il y a vingt ans par un ancien chercheur au CNRS, Docteur en Chimie et Expert Toxicologique. Dès le départ, nous avons positionné notre savoir-faire sur des problématiques requérant un travail approfondi en termes de R&D et d’innovation. Cela est lié à notre histoire, à notre ADN.

Nous intervenons sur des problématiques liées à la protection, à la réparation et à la cicatrisation de la peau. Ce savoir-faire se déploie sur plusieurs expertises, allant du produit solaire aux soins pour bébés, en passant par les problématiques de peau telles que l’acné, le psoriasis ou l’anti-âge.

Il n’est pas rare que nos équipes passent plusieurs mois sur ces développements complexes, effectués sur-mesure en fonction du cahier des charges de nos clients. Nous nous attachons à inclure dans nos formules cette expertise invisible pour le consommateur mais dont les résultats feront la différence : le soin apporté à la sélection des matières premières, une innovation de texture développée en interne, l’alliage innovant de principes actifs permettant de décupler l’efficacité d’une formule… Cette approche cousue-main fait la réputation de notre Laboratoire et est une grande source de satisfaction pour nos clients et équipes.

Vous avez récemment accueilli une séquence du Choiseul Région Sud dans vos locaux, en tant que fleuron de l’industrie cosmétique de la Région Sud et du Pays de Grasse. D’où vient cet ancrage local ? Que vous apporte-t-il ? Quels sont selon vous les atouts de la Région Sud et des Alpes Maritimes, particulièrement au niveau du tissu de PME innovantes comma la vôtre ?

Le Pays de Grasse, et plus largement la Région Sud, offrent un écosystème unique et très attractif pour les entreprises, que ce soient des start-ups, des sociétés industrielles, des services…

Très concrètement, nous avons la chance d’avoir toute la chaîne de valeur dans un rayon de trente kilomètres : fournisseurs de packagings, de parfums, de matières premières naturelles, sans oublier les très belles marques de cosmétique et dermo-cosmétique implantées dans la région et pour qui nous travaillons.

Cette proximité nous permet d’être très réactifs face aux demandes de nos clients, de proposer des solutions innovantes issues de partenariats tissés avec des acteurs locaux au rayonnement international. Il n’est pas rare que nous élaborions des formules sur-mesure sur la base de principes actifs développés par nos partenaires grassois. Cette complémentarité est une vraie source de différenciation pour Shadeline.

La Région, les Départements, les Municipalités et Collectivités ainsi que des acteurs comme Grasse Expertise jouent un rôle essentiel pour fédérer et soutenir notre écosystème, en particulier sur nos projets d’innovation et de collaboration. Enfin, le Choiseul Sud récemment créé permet de renforcer les liens entre nos entreprises et de développer un réseau de dirigeants unique. Plusieurs collaborations business pour Shadeline ont d’ailleurs vu le jour grâce à ce réseau.

La France rayonne à travers l’industrie cosmétique. Le marché des cosmétiques représente 70 milliards d’euros en Europe. La Chine, l’Inde et la Russie sont dans le top 5 des pays consommateurs de cosmétiques français en 2020. Quelles sont vos ambitions internationales ?

Si la France est un pays relativement mature sur le segment de la dermo-cosmétique, de nombreuses marques viennent dynamiser ce marché en adressant des problématiques spécifiques (lutte contre l’acné par exemple) via des réseaux de distribution toujours plus digitaux et proposant des solutions toujours plus transparentes et respectueuses de l’environnement. Pour toutes ces raisons, la France demeure un marché très attractif pour notre Laboratoire et nous avons la chance d’accompagner bon nombre d’acteurs clés. Nous travaillons quelques développements à l’internationales notamment via notre maison-mère Anjac Health & Beauty qui est également implanté en Espagne et aux Etats-Unis.

Nous sommes présents à l’export via le rayonnement et la distribution des marques de nos clients. En outre, de plus en plus de marques étrangères nous approchent en direct. A titre d’exemple, nous sommes en train de formuler plusieurs produits pour une start-up sud-coréenne et un groupe industriel italien. Le Made in France, l’écosystème cosmétique français ainsi que notre présence dans le bassin Grassois où sont implantées de nombreux industriels de la cosmétique, de la parfumerie et des ingrédients naturels contribuent à ce développement.

Où voyez-vous Shadeline à l’horizon 2025 ?

L’ADN de notre Laboratoire repose sur trois fondamentaux : une forte dimension d’innovation au cœur de nos développements de formule, une grande qualité d’exécution de nos projets et un accompagnement sur mesure par nos équipes.

Nous investissons continuellement dans la recherche de nouvelles galéniques et de solutions qui allient efficacité et sensorialité, transparence et respect de l’environnement.

Grâce à ces investissements nous allons poursuivre notre croissance à un rythme soutenu. Nous nous structurons pour accélérer notre push sur l’innovation, le développement international et notre présence sur les segments produits en ligne avec notre ambition de réinventer, avec nos clients et partenaires, la dermo-cosmétique !

Pour célébrer la récente séquence Choiseul Région Sud, qui a vu une délégation de lauréats se réunir dans le Pays de Grasse et découvrir Shadeline et Robertet, vous avez collaboré avec la maison de composition pour créer un parfum exclusif à l’Institut Choiseul. Que représente cette collaboration pour vous ? En cette période de reprise, quel message voudriez-vous que ce parfum diffuse autour de lui ?

Cette collaboration porte un message d’optimisme et de pragmatisme.

Optimisme, car je pense que les entreprises françaises et en particulier les PME et ETI ont toutes les cartes en main pour rebondir ou poursuivre leur croissance pour celles qui ont été moins impactées par la crise. Un ami entrepreneur me confiait récemment qu’en dépit des difficultés de ces derniers moi, cette « respiration » forcée a été une opportunité unique pour lui de remettre à plat son business model et de remodeler son organisation pour assurer sa croissance future.

Pragmatisme, par notre ancrage territorial et par la collaboration avec un acteur historique du Pays Grassois pour élaborer ce parfum à partir d’une idée originale en un temps record. Shadeline est avant tout un acteur expert en dermo-cosmétique mais nous avons pris beaucoup de plaisir à travailler sur ce beau projet symbolique ! La créativité du nez Maxime Philippe et l’agilité de nos deux sociétés ont fait le reste.

Nous sommes enfin extrêmement reconnaissants envers l’Institut Choiseul et son Président Pascal Lorot de nous avoir accordé leur confiance. Au-delà de cette reconnaissance c’est un très grand plaisir pour nous d’avoir collaboré à véhiculer les valeurs de notre « Nouveau Souffle » !