1

Les fuites de données ont explosé en France en 2020, avec des conséquences pour les entreprises

Au premier semestre 2020, les informations d’un million de personnes ont été dérobées en France. Le chiffre de la violation des données des Français a ainsi bondi de 19 % par rapport à 2019, pour ce qui est désormais devenu une nouvelle source d’inquiétudes pour les autorités.

Les confinements de l’année 2020 ont forcé la digitalisation de nombreuses entreprises et institutions, et le manque d’expertise et de sensibilisation dans ce domaine ont causé beaucoup de torts à ces dernières. Selon le baromètre Data Breach, qui tire ses conclusions des données fournies par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil), les violations de données sont passées de 4,5 par jour en 2019 à 7 en 2020.

La toile, le nouveau far-west ?

Cette numérisation forcée est une manne pour les hackers. Les secteurs les plus touchés sont les administrations publiques, les centres de recherche, les laboratoires, les secteurs bancaires et financiers ainsi que la santé, qui représentent 12,6 % des données dérobées. Dans 33 % des cas, l’erreur est humaine. Mal informés, les salariés utilisent des mots de passe trop simples, utilisent des faux logiciels ou sont victimes de phishing (hameçonnage en français).

Notons que la cause de l’erreur ou de l’accident a augmenté quant à elle de 7 % en un an. Dans ce contexte, Sandrine Cullaffroz-Jover, avocate chargée du droit des activités numériques chez PwC, explique qu’”outre les analyses d’impact et les sauvegardes régulières des données, la sensibilisation est essentielle, car c’est souvent le facteur humain qui favorise une attaque”. Pourtant, les assurances cyber ont vu leur nombre d’abonnés diminuer au cours de 2020. Les assureurs comptent toutefois durcir les accès à ces offres d’assurances car ils se retrouvent avec 130 millions d’euros de primes et 260 millions en risque à débourser.

Un marché de la cybersécurité florissant

Déjà un marché d’avenir dans le domaine de l’assurance, la cyberattaque possède son antagoniste : la cybersécurité. Ce marché est en pleine croissance. Le budget alloué à la cyberdéfense a doublé, voire quintuplé. Face à la menace, les Etats et les entreprises font appel à des prestataires de services. Pour eux, la complexification de la protection des données via les pare-feux, le chiffrement, les centres de veille à distance ou encore la recherche de failles système est une aubaine. Les pirates informatiques arrivent presque toujours à contourner les mesures de défense, poussant sans cesse le marché à se renouveler. La menace forge ainsi la défense, et réciproquement. Le cabinet de conseil américain Gartner prévoit une croissance de 12 % du marché de la cybersécurité cette année. Toutefois le secteur se retrouve plongé dans une pénurie d’experts. Selon les estimations, 3,5 millions de postes vont rester vacants dans le monde en 2021.