1

La startup Pasqal, spécialisée dans l’informatique quantique, accélère sa croissance

C’est la révolution copernicienne qu’attendait le XXIème siècle. Alors même que l’on assiste à un essoufflement de certaines innovations du secteur numérique, le français Pasqal devient le premier de cordée de la technologie quantique. La startup explore même des sentiers nouveaux et prépare déjà sa croissance par une première campagne d’investissement record à 25 millions d’euros.

La pépite française composée de 25 ingénieurs experts dans le secteur quantique vient en effet de récolter, via le premier cycle de financement, 25 millions d’euros. Fondée en 2019, cette jeune pousse est pleine de ressources. Elle souhaite notamment développer le calcul quantique en Cloud qui permettrait de diversifier ses activités. Si “les technologies quantiques font partie de ces quelques clefs du futur que la France doit absolument avoir en main”, selon les dires du président de la République, Emmanuel Macron, la jeune pousse compte bien s’en saisir.

Une technologie d’avenir

C’est la partie R&D qui intéresse particulièrement les investisseurs. Située sur le plateau de Saclay dans l’Institut d’Optique de Palaiseau et dirigée par Adrien Signoles, la nouvelle technologie quantique à laquelle ils font appel est unique. Contrairement à IBM et Google qui s’intéressent à des qubits supraconducteurs, Pasqal travaille avec l’approche des atomes neutres et leur maintien par des faisceaux lasers. Adrien Signoles, le directeur de la R&D, évoque des « qubits parfaits ». Antoine Browaeys, l’un des fondateurs de Pasqal, a d’ailleurs reçu la médaille d’argent du CNRS en 2021 qui lui reconnaît l’importance de son travail dans le domaine des ordinateurs quantiques.

Le Ministère des armées intéressé

Les 25 millions d’euros récoltés lors de la première levée de fonds confirment l’intérêt porté à cette start-up. La technologie quantique intéresse de nombreux domaines. Il y a d’abord Quantonation, un fonds d’investissement spécialisé dans le quantique. Le secteur privé a également fait part de son intérêt, et EDF lui faisait déjà confiance depuis quelque temps en tant que partenaire. L’appel d’air suscité par l’annonce de la construction de deux nouveaux ordinateurs quantiques entraîne le fonds d’investissement de l’armée dans l’aventure de Pasqal. Le quantique devient alors un enjeu de puissance. Florence Parly, Ministre des Armées, tient ces termes : « le Ministère des Armées se félicite de soutenir le développement de la pépite française Pasqal grâce au premier investissement du nouveau fonds Innovation Défense« . En plus des superordinateurs, la start-up prétend pouvoir atteindre 200 qubits en 2022 et plus de 1 000 en 2023. C’est aussi en 2023 qu’elle équipera en technologie quantique le CEA Joliot-Curie et le centre de recherche allemand de Jülich.