1

De plus en plus de data centers sont mis en service, la preuve d’une digitalisation accélérée de l’économie française ?

La France héberge de plus en plus de data centers sur son territoire. Ce développement s’inscrit dans une logique de transition vers le numérique de plus en plus poussée, et qui pourrait témoigner d’une révolution économique à bas bruit pour notre pays.

D’après une étude du cabinet de conseil Arcadis, la France serait le neuvième pays au monde et le cinquième en Europe le plus attractif pour l’implantation de data centers, malgré la lourdeur administrative des démarches de construction. Mais à quoi servent ces grands centres de stockage de données informatiques ?  Ces centres de données sont les lieux où sont regroupés une quantité importante d’équipements informatiques, servant à stocker des informations impératives au bon fonctionnement de toute organisation utilisant le numérique. 

Paris, Marseille mais également Toulouse, Lyon ou Toulon sont des points de chute classiques du boom engendré par le développement massif des datas centers sur le territoire de l’Hexagone. La ville de Bordeaux va elle aussi accueillir un nouveau hub de data centers après l’installation d’un nouveau câble sous-marin transatlantique de la plateforme Facebook et des opérateurs Alcatel, Vodafone et Orange. Prévue pour le mois de juillet, l’ouverture du data-center de l’entreprise Equinix, spécialisée dans les centres de données, sera la première dans un centre européen en dehors d’une mégalopole internationale. C’est donc un projet important pour la région, offrant aux entreprises de nouveaux flux numériques venant des Etats-Unis. 

Un marché en plein essor pour répondre aux nouveaux défis du numérique

Même si les trois quarts des data centers français sont situés dans la région francilienne, la tendance est à une décentralisation de la stratégie numérique du pays. Les villes moyennes sont de plus en plus sujettes au développement de centres de données, plus petits, mais permettant de répondre aux besoins locaux en la matière. Si la France a pris un certain retard après une période de sous-investissement, elle tente désormais de répondre à une demande croissante de datas centers de la part des PME et des collectivités locales. Ces dernières expriment en effet de plus en plus de réticence à transférer leurs données dans des lieux trop éloignés de leurs territoires. Par ailleurs, ce phénomène va offrir de nouvelles opportunités aux différents acteurs en termes de numérisation des organisations.

Avec le déploiement de la 5G sur le territoire, grâce à laquelle le développement d’innovations comme les villes intelligentes ou les voitures autonomes va être rendu de plus en plus largement possible, l’installation de nouveaux data centers va permettre le traitement de données de manière plus proche des acteurs économiques locaux, un avantage stratégique qui manquait à beaucoup jusqu’à présent. Ceci en offrant une réduction drastique du temps de transmission de données, impérative à la bonne mise en route des futures innovations technologiques. Malgré les doutes, lenteurs et accidents – comme le spectaculaire et tragique incendie du data center OVH de Strasbourg il y a quelque semaines -, cette tendance s’accélère et promet bien une transformation du rapport au numérique, et pourquoi pas permettre le développement de nouvelles entreprises grâce à ces innovations.