1

Quelle reprise pour le trafic aérien vers la France après la crise ?

Le président de l’Office de tourisme et des congrès de Paris et le directeur général des transports aériens croient en un retour à la normale rapide pour le trafic aérien en France, une fois la pandémie terminée.

Si la situation est actuellement très difficile pour le secteur aérien, la baisse du trafic étant de 85 % pour l’international et de 60 % pour le domestique en France, rappelle le directeur général de l’Association internationale du Transport Alexandre de Juniac, ce dernier se montre pourtant optimiste quant à l’avenir et la reprise du secteur dans les prochains mois, à la faveur des campagnes de vaccination, de la relance de l’économie mondiale et de la persistance d’un fort attrait des touristes pour notre pays.

Vers un retour des touristes ?

En 2020, le nombre de touristes en Île-de-France a connu une baisse de 33,1 millions, c’est la région de France la plus touchée comme le constate la présidente de la région, Valérie Pécresse : « L’Île-de-France est la première région touchée par l’effondrement du tourisme. Nous sommes la première destination touristique au monde. Sept cents événements ont été annulés. Tout a baissé d’environ 70 %, le nombre de visiteurs, les recettes, les vols…» Cette chute du tourisme a privé la région de près de 15,5 milliards d’euros de recettes. 

Le président de Voyageurs du Monde et président de l’Office du tourisme de Paris, Jean-François Rial se montre lui plutôt confiant, malgré la situation, quant à la reprise de l’activité touristique une fois la pandémie jugulée et donc la reprise du secteur aérien : «En 2022 le nombre de touristes à Paris sera égal à celui de 2019». Il ajoute également sur le manque d’hébergement probable lors de la reprise de l’activité, que « si des hôtels ferment, d’autres ouvriront». L’ancien président d’Air-France-KLM, Alexandre de Juniac, se montre lui plus prudent et table sur un retour prévu pour 2024. Ils sont en revanche tous deux en accord sur le fait que le voyage touristique devrait reprendre beaucoup plus rapidement que celui d’affaires qui devrait prendre « entre 12 et 18 mois de plus » selon Alexandre de Juniac. 

La vaccination, une clé pour la reprise du secteur aérien 

Les deux dirigeants se retrouvent sur l’intérêt du passeport vaccinal qu’a présenté Thierry Breton, et qu’ils  soutiennent car il devrait accélérer le retour à la normale. Le dirigeant de IATA a même ajouté sur ce point :  «On est des fervents supporter». Alors que cette question continue de causer de sérieux débats au sein des sociétés européennes, les responsables des industries de l’aérien et du tourisme y voient – comme les représentants d’autres secteurs – une planche de salut indispensable.

Cette crise ne devrait donc selon eux pas remettre en question le fonctionnement du secteur aérien selon ce dernier, les long-courriers et les hubs devraient redevenir attractifs. Toutefois, d’autres pressions sociétales et politiques pourraient aussi avoir un effet sur le secteur aérien, avec des conséquences concrètes sur le tourisme, comme les discussions récentes sur la loi Climat l’ont prouvé.