1

Le « nouvel » Ouzbékistan – Un nouveau modèle de politique étrangère

Le 29 décembre 2020, le Président de la République d’Ouzbékistan, Shavkat Mirziyoyev s’est adressé au Parlement, l’Oliy Majlis, et au peuple d’Ouzbékistan. Dans son discours, le chef de l’État a défini plusieurs objectifs et fixé les tâches les plus importantes visant à assurer une augmentation croissante du niveau de bien-être de la population du pays.

Dans ce cadre, le Président de la République d’Ouzbékistan a principalement mis l’accent sur les questions de politique étrangère, mettant en exergue la mise en œuvre d’un programme de réforme et de modernisation à grande échelle de toutes les sphères diplomatique, de la vie de la société et de l’État.

La demande de conceptualisation de la politique étrangère est due à la forte dynamique de transformation de l’Ouzbékistan, la transition vers une nouvelle étape de la formation d’un État de droit démocratique avec une économie de marché développée. Sans exagération, il convient de noter que les bases d’une nouvelle ère de la Renaissance sont en train d’être posées dans le pays, ce qui exige des approches qualitativement nouvelles en matière de politique étrangère.

Dans ces conditions, l’adoption de ce concept de politique étrangère vise à accélérer la formation cohérente d’un environnement extérieur favorable pour le développement interne durable du pays, la promotion efficace des intérêts nationaux sur la scène internationale et l’augmentation progressive de la compétitivité de l’économie du pays sur le marché mondial.

À cet égard, les tâches principales sont aujourd’hui la consolidation et la mobilisation de toutes les ressources internes et externes pour la réalisation inconditionnelle des objectifs nationaux de développement. La formation d’une nouvelle version du concept de politique étrangère indique également l’adhésion du pays à l’orientation de politique étrangère précédemment choisie, grâce à laquelle l’Ouzbékistan a obtenu des succès significatifs.

Ces traits distinctifs du nouveau cours extérieur du pays, dont le rôle principal dans la construction appartient au président de la République d’Ouzbékistan Shavkat Mirziyoyev, comprennent les principes de base suivants.

Premièrement, un trait caractéristique de la politique étrangère moderne de l’Ouzbékistan est le pragmatisme dans l’établissement de relations avec tous les partenaires traditionnels, ainsi qu’avec les pays proches et lointains.

Dans ce contexte, l’Ouzbékistan procède à des tâches de développement interne. Parmi celles-ci figurent le maintien de taux de croissance élevés, la modernisation et le développement durable de l’économie, l’amélioration du niveau de vie de la population et la garantie d’une intégration complète dans la structure des relations économiques mondiales.

Il est impossible d’atteindre ces objectifs sans accompagner les grandes réformes internes lancées d’une stratégie régionale appropriée, sans établir des relations étroites avec les voisins les plus proches, sans coordonner les plans au sein d’organisations internationales telles que l’ONU, l’OCS, la CEI, le Conseil turc, l’OMC, l’EAEU, la BERD et d’autres structures.

En un mot, les intérêts de l’Ouzbékistan en matière de politique étrangère reposent principalement sur les priorités du développement interne, ce qui signifie en fait un changement évident vers l’économisation de la coopération internationale du pays et le renforcement du pragmatisme économique dans les relations extérieures.

Grâce à l’utilisation active de cette approche, l’efficacité du travail visant à attirer les investissements étrangers et les nouvelles technologies, à accroître le flux touristique, ainsi qu’à augmenter l’exportation des produits nationaux vers les marchés mondiaux a considérablement augmenté.

En particulier, l’un des moteurs de la croissance économique de ces dernières années a été une forte augmentation de l’activité d’investissement. Au cours des quatre dernières années, le taux de croissance annuel moyen des investissements a été de 22 %. Le volume total des investissements étrangers attirés a atteint 26,6 milliards de dollars, dont 17,5 milliards de dollars d’investissements directs. À titre de comparaison, un tel volume d’investissements a été attiré dans l’économie du pays entre 2007 et 2017.

En général, le volume total des investissements au cours des 4 dernières années a été multiplié par plus de 2,1, y compris les investissements étrangers par 2,7. La part des investissements dans le PIB en 2019 a dépassé pour la première fois les 38 %, ce qui crée une base solide pour assurer la croissance économique dans les années à venir.

Dans le même temps, le PIB de l’Ouzbékistan en 2019 a augmenté de 5,6 %. Malgré les conditions difficiles qui sont apparues en raison des conséquences de la pandémie, les experts de la Banque mondiale prévoient une croissance du PIB du pays en 2021 de 4,8 %, ce qui est l’un des meilleurs indicateurs parmi les pays en développement.

Ainsi, le chiffre d’affaires du commerce extérieur de l’Ouzbékistan augmente beaucoup plus vite que le PIB et, en 2019, il a augmenté de 26,2 %, pour atteindre 42,2 milliards de dollars. Alors qu’en seulement 9 mois de 2020, malgré la pandémie, le commerce extérieur du pays a atteint 27,5 milliards de dollars.

Les plans de l’Ouzbékistan visant à renforcer son rôle dans la mise en place de corridors de transport internationaux et la mise en œuvre conjointe d’autres projets d’infrastructure avec des partenaires étrangers ont également reçu un nouvel élan. Par exemple, la large participation de l’Ouzbékistan à la mise en œuvre du corridor transafricain et à l’intégration de divers corridors de transport internationaux (« Nord-Sud », « corridor transcaspien », « Chine-Kirghizistan-Ouzbékistan ») crée des conditions favorables non seulement pour que le pays sorte de son isolement en matière de transport, mais aussi pour qu’il gagne en importance en tant que plaque tournante du transport et du transit et qu’il puisse accéder à des marchés prometteurs.

La mise en œuvre de ces plans contribuera également à renforcer le rôle du pays dans le processus d’élaboration d’une nouvelle carte des transports dans le monde et à consolider sa position dans le modèle moderne émergent des chaînes d’approvisionnement mondiales.

Deuxièmement, l’Ouzbékistan d’aujourd’hui promeut constamment le principe du multilatéralisme dans la politique étrangère du pays. L’Ouzbékistan défend le développement de processus créatifs de mondialisation, l’établissement d’une coopération internationale mutuellement bénéfique et égale, fondée sur le dialogue, la confiance mutuelle et le respect des intérêts de chacun.

Ceci dicte la nature transfrontalière des défis et des menaces modernes.

Parmi ceux-ci, la crise épidémiologique et ses conséquences socio-économiques, le terrorisme, la criminalité transfrontalière, la crise alimentaire, la lutte contre la pauvreté et le problème du changement climatique mondial restent d’actualité, qui ne peuvent être contrés que par des efforts conjoints.

Conscient de cela, l’Ouzbékistan s’emploie aujourd’hui à définir un programme non seulement régional mais aussi mondial, en mettant en place des mécanismes collectifs pour faire face aux divers défis et menaces qui affectent directement la sécurité, la prospérité et le développement durable de la communauté internationale.

La participation productive du président de l’Ouzbékistan aux plateformes internationales en est une preuve évidente. Ainsi, lors du premier déclenchement de la pandémie, le président de l’Ouzbékistan, s’exprimant lors d’une réunion d’urgence du Conseil turc, a été l’un des premiers dirigeants des pays du monde à appeler la communauté internationale à la cohésion face à une menace commune.

Cette approche se manifeste également dans le rôle croissant du pays dans l’élaboration des lois internationales – dans l’initiation et l’adoption de documents multilatéraux conceptuels visant à résoudre des problèmes urgents au centre de l’agenda mondial.

En particulier, depuis 2016, à l’initiative du président de l’Ouzbékistan Shavkat Mirziyoyev, quatre résolutions ont été adoptées dans le cadre des Nations unies, destinées à améliorer les fondements et les mécanismes de la coopération internationale en matière de tourisme, d’interaction régionale, de compréhension interconfessionnelle et de développement durable.

Une attention particulière mérite également les importantes initiatives présentées par le chef de l’État lors de la réunion de la 75e Assemblée générale des Nations unies, qui sont devenues une solide contribution du pays au développement d’une coopération internationale mutuellement bénéfique.

Parmi ces initiatives figurent des propositions pour l’élaboration d’un code international sur les engagements volontaires des États du monde en cas de pandémie et l’adoption d’une résolution de l’Assemblée générale des Nations unies sur le renforcement du rôle des parlements dans la réalisation des objectifs de développement durable et la garantie des droits de l’homme.

Dans ce contexte, le projet d’organiser plusieurs événements internationaux en Ouzbékistan, exprimé par le président du pays lors de son discours devant l’Oliy Majlis, est un autre indicateur du renforcement du rôle du pays sur la scène internationale. L’un d’eux est un forum mondial sous les auspices des Nations unies sur « l’éducation aux droits de l’homme » ; une conférence internationale sur les droits des jeunes ; une conférence régionale sur la liberté de conscience.

Enfin, l’engagement ferme de l’Ouzbékistan en faveur du multilatéralisme est attesté par la déclaration du président lors de son discours à l’Oliy Majlis sur la volonté du pays de développer une coopération constructive avec toutes les organisations internationales, y compris les Nations unies.

Troisièmement, le pays s’appuie sur la proactivité en matière de politique étrangère et se distancie du rôle d’observateur passif des processus en cours dans la région et dans le monde. Cela est confirmé par le fait qu’à ce jour, l’Ouzbékistan est devenu membre de plus de 100 organisations internationales différentes et partie à plus de 200 traités multilatéraux internationaux.

Dans ce contexte, une attention particulière est accordée à l’activation de l’Ouzbékistan dans le cadre de l’OCS, à l’adoption de la présidence dans la CEI et à l’entrée en tant que membre permanent au sein du Conseil turcique.

L’initiative croissante du pays sur ces plates-formes, le caractère mutuellement bénéfique des propositions avancées et l’accent mis sur la résolution de problèmes répondant à des intérêts collectifs témoignent également de l’intensification des activités de politique étrangère de l’Ouzbékistan.

En particulier, en 2017-2020, la partie ouzbèke aux sommets de l’OCS a présenté plus de 30 initiatives, et pendant cette période, 36 propositions ont été initiées au sein de la CEI. Ces dernières années, la participation de l’Ouzbékistan dans le cadre de l’ONU a également acquis une dynamique intense. Un événement significatif à cet égard a été l’élection du pays pour la première fois de son histoire en tant que membre du Conseil des droits de l’homme des Nations unies.

Dans le même temps, le pays a entamé un dialogue actif sur l’adhésion à l’Organisation mondiale du commerce afin d’obtenir sa digne place dans le système commercial mondial, correspondant à nos ressources, à nos capacités économiques et à notre potentiel humain.

Un autre événement notable à cet égard est la réception par l’Ouzbékistan du statut d’observateur au sein de l’UEEA, qui ouvre de nouvelles possibilités au pays pour atteindre les objectifs de développement économique progressif.

Les négociations sur un accord de partenariat et de coopération renforcé avec l’Union européenne sont sur le point d’aboutir, ce qui contribuera à créer des conditions plus favorables aux échanges mutuels et à assouplir le régime du commerce extérieur.

Dans ce contexte, il convient de noter que les objectifs définis par le président de l’Ouzbékistan lors de son discours devant l’Oliy Majlis sur le développement de programmes individuels et de stratégies d’interaction avec les principaux partenaires extérieurs peuvent donner un nouveau contenu concret à la coopération internationale du pays.

Les parlementaires et le peuple, qui déterminent aujourd’hui le vecteur et les orientations de la politique étrangère, assument le rôle de conducteurs actifs des priorités de la politique étrangère et de porte-parole des intérêts du pays sur la scène internationale.

Au cours des trois dernières années, notre pays est devenu membre de l’Union interparlementaire, de l’Assemblée parlementaire de l’OSCE et de l’Assemblée interparlementaire de la CEI. Au cours de cette période, le nombre total de groupes d’amitié interparlementaires formés a atteint 48, et l’année dernière, l’organe législatif a adopté le concept de diplomatie parlementaire.

Dans le même temps, les organisations non gouvernementales internationales et les associations publiques sont activement impliquées dans la politique étrangère, les contacts au niveau des villes jumelées se multiplient, les liens entre les organisations de jeunes et de femmes se renforcent.

L’ouverture de la politique étrangère est également confirmée par l’élargissement de l’éventail des sujets politiquement sensibles discutés et résolus conjointement avec les partenaires étrangers. Ainsi, le pays a repris la coopération avec les organisations internationales des droits de l’homme, débloquant l’accès à diverses ressources d’information étrangères.

Cinquièmement, un autre principe important est le constructivisme. L’Ouzbékistan est convaincu que la défense conflictuelle des intérêts nationaux dans les affaires étrangères, en particulier avec les voisins, ne donnera pas l’effet escompté à long terme.

Il est important de rechercher des compromis raisonnables et un équilibre des intérêts mutuellement acceptable pour résoudre les questions aiguës d’interaction bilatérale et multilatérale. Dans le même temps, toute question controversée doit être un sujet de discussion et non un obstacle au dialogue politique.

Cette approche est basée sur d’autres principes de la politique étrangère de notre pays. Il s’agit de la paix et du bon voisinage, qui reflètent les particularités de la mentalité du peuple d’Ouzbékistan. La mise en œuvre pratique des principes ci-dessus en peu de temps a permis de régler les problèmes accumulés en Asie centrale, qui pendant de nombreuses années ont été considérés comme des irritants systémiques entravant le développement de la coopération régionale.

Les questions de l’utilisation de l’eau, de la délimitation et de la démarcation des frontières entre l’Ouzbékistan et les pays voisins, de l’utilisation des moyens de transport et du franchissement des frontières ont été résolues. Grâce à cette approche, l’Ouzbékistan a considérablement intensifié sa participation à la construction de la paix en Afghanistan, contribue à renforcer le consensus international et régional sur la réalisation d’une paix durable et à long terme dans le pays voisin.

En attendant, les efforts de l’Ouzbékistan sur la scène afghane ne se limitent pas seulement aux objectifs de prévenir l’émergence de nouveaux foyers de tension ou d’assurer la sécurité dans la région. L’aide pratique au transfert de l’Afghanistan sur la voie du redressement socio-économique et à son intégration dans le système d’interconnexion régionale reste une priorité.

Le président de l’Ouzbékistan a accordé une attention particulière à cette question dans son prochain discours, en soulignant l’intensification des travaux sur la création d’un corridor transafricain. Cela démontre l’engagement à long terme du pays à contribuer à la reconstruction de l’économie pacifique de l’Afghanistan et à assurer son intégration dans les relations commerciales et économiques internationales.

Le climat politique en Asie centrale est en train de changer radicalement. Si, auparavant, la région était considérée comme une poudrière ou un enchevêtrement de désaccords insolubles, elle se transforme aujourd’hui en un espace de stabilité, de bon voisinage et de paix.

Tous les États d’Asie centrale sans exception deviennent les bénéficiaires d’une telle transformation de la perception de la région dans le monde. En témoigne l’amélioration des indicateurs économiques globaux des pays de la région.

En particulier, en 2019 par rapport à 2016, le PIB total de la région a augmenté de 19,6 % et le commerce extérieur de 56 %. Dans le même temps, le volume total des investissements attirés pour la période spécifiée a augmenté de 40 %. Malgré la pandémie, l’engagement dans la voie choisie de la coopération régionale permettra sans aucun doute de maintenir la dynamique de croissance dans la région à long terme.

Une autre indication de l’évolution des approches et de l’attention internationale croissante portée à la région a été la révision de leurs stratégies à l’égard de l’Asie centrale par les principaux États du monde. Ainsi, les États-Unis, l’UE et l’Inde ont déjà présenté de nouvelles stratégies pour la région ; la place centrale de l’Asie centrale est mise en évidence dans l’initiative chinoise « Belt and Road » et dans le projet de grand partenariat eurasien de la Russie.

L’Ouzbékistan préconise invariablement la conjugaison de toutes ces stratégies pour faire de la région un espace de coopération mutuellement bénéfique, et non une zone de concurrence.

Plus important encore, grâce à l’utilisation de cette approche, l’autorité de l’Ouzbékistan sur la scène mondiale est considérablement renforcée et sa subjectivité internationale s’accroît. Le pays s’est imposé comme un acteur régional capable d’exercer un effet stabilisateur sur les processus qui se déroulent dans la région.

Dans son discours à l’Oliy Majlis, le président a une fois de plus accordé une attention particulière à la question de l’élévation de la coopération interrégionale à un nouveau niveau, en annonçant son intention de tenir la troisième réunion consultative des chefs d’État d’Asie centrale.

Sixièmement, un autre principe qui a commencé à prévaloir dans la politique étrangère, réformée sous la direction du chef de l’État, est l’humanisation de la politique étrangère.

On peut le voir dans l’exemple de la préoccupation accrue de l’État pour les intérêts des citoyens de l’Ouzbékistan à l’étranger, notamment par la fourniture de services publics aux compatriotes et la participation à la mise en œuvre de projets socio-économiques, culturels et humanitaires. En particulier, dès 2018, le président de l’Ouzbékistan a signé une résolution sur l’amélioration de la politique de l’État en matière de travail avec les compatriotes vivant à l’étranger. Et cette année, certaines mesures pratiques ont été mises en œuvre pour résoudre rapidement les problèmes des citoyens ouzbeks vivant à l’étranger.

Ainsi, pendant la pandémie, plus de 500 000 travailleurs migrants sont rentrés au pays. Une aide de divers types a été apportée à environ 100 000 compatriotes, qui se sont retrouvés dans une situation difficile à l’extérieur du pays. Les mesures humanitaires continuent de permettre le retour des citoyens, principalement des femmes et des enfants, qui, par la volonté du destin, se sont retrouvés dans la zone de conflits armés.

Dans ce contexte, l’initiative de créer le fonds « Vatandoshlar » (Compatriotes), proposée par le dirigeant du pays lors du discours à l’Oliy Majlis, mérite une attention particulière.

La mise en œuvre de cette initiative constituera une nouvelle étape importante dans le soutien aux citoyens à l’étranger et le renforcement du dialogue avec eux. L’humanisation de la politique étrangère de l’Ouzbékistan se manifeste également par l’élargissement de la géographie de l’aide humanitaire fournie par le pays. Récemment, les bénéficiaires de l’aide humanitaire de l’Ouzbékistan sont devenus non seulement des résidents des pays voisins, mais aussi les populations des régions éloignées, comme les Palestiniens et les Rohingyas, qui se trouvent dans une situation difficile.

Au cours des dernières années, l’Ouzbékistan a réalisé un changement qualitatif sur la scène internationale. Le pays cherche à devenir un partenaire responsable et prévisible, prêt, dans le cadre d’un dialogue constructif et ouvert, à résoudre les problèmes les plus urgents des programmes régionaux et mondiaux, en créant les conditions extérieures favorables nécessaires à la mise en œuvre d’un programme de réforme et de modernisation à grande échelle du pays, principalement au profit de la population ouzbèke.

À ce propos, l’approbation du concept d’activité de politique étrangère dans la nouvelle édition est une nécessité objective et vise à jeter des bases solides pour la conduite d’une politique étrangère efficace visant à assurer la poursuite d’une croissance dynamique de l’Ouzbékistan dans les réalités post-pandémiques.