1

De premiers taxis volants testés dans le Val-d’Oise cette année

Alors que la RATP, le Groupe ADP et Choose Paris Region, chargé de la promotion de l’Ile-de-France, prévoient un lancement commercial des taxis volants en 2030, les premiers essais seront effectués dès cet été à l’aéroport de Pontoise (Val-d’Oise) par le fabricant allemand Volocopter. 

Fruit d’une volonté commune de « développer une filière de la mobilité aérienne urbaine autour du véhicule à décollage vertical », les trois partenaires réaliseront de premiers vols de démonstration à l’occasion des Jeux olympiques de Paris 2024. A l’avenir, ces véhicules assureront des navettes entre l’aéroport de Roissy et la Défense ou le centre de Paris.

La mobilité aérienne urbaine, un marché prometteur

Dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt lancé à l’automne par les trois partenaires, une trentaine d’acteurs de haute voltige ont été retenus pour participer au projet : les géants Safran et Airbus, le chinois Ehang ou encore le slovène Pipistrel. Tous ont le point commun de disposer de véhicules équipés d’un moteur propre, un critère majeur dans le cadre de la relance verte. A leurs côtés, on retrouve les firmes Air France et Dassault Falcon Services qui travaillent sur les infrastructures à grande échelle, telles que des aéroports pour taxis volants, baptisés « vertiports ». Accompagnés, entre autres, par l’école Polytechnique et par l’Institute of Transportation Studies l’Université américaine de Berkeley, les chercheurs étudient l’acceptabilité des effets sonores sur l’environnement et ses riverains. 

Aux allures de mini hélicoptère, le taxi volant, équipé de 18 moteurs et de neuf batteries, embarque à son bord une série d’avancées technologiques. Capable de transporter deux personnes (dont le pilote), il peut atteindre une altitude de 400 à 500 mètres et voler à une vitesse de 110 km/h.

Alors que le marché européen des VTC Premium pourrait atteindre 8 milliards d’euros à l’horizon 2035, les parties prenantes tâtent déjà le terrain et prévoient des vols de démonstration en VTOL (vertical take-off and landing) avec des gens à bord, à l’occasion des Jeux olympiques de Paris 2024. Une occasion supplémentaire de faire de la région une référence mondiale en matière de mobilité aérienne urbaine, avant les premiers vols commerciaux prévus en 2030.