1

La Chine accélère la vaccination contre la Covid19 à l’approche des fêtes du Nouvel An chinois

A l’approche du Nouvel An chinois le 11 février, les autorités de l’Empire du Milieu ont décidé d’accélérer la campagne de vaccination, en prévention des importants mouvements de populations entrainés par l’événement. Dans ce pays d’un milliard et demi d’habitants, le défi vaccinal est immense. La Chine a toutefois démontré ces derniers mois qu’elle semblait en mesure de se donner les moyens nécessaires pour maitriser la situation.

La situation épidémique apparemment sous contrôle en Chine ne semble paradoxalement pas être le meilleur cadre possible pour procéder à l’accélération de la vaccination, dont l’efficacité n’a pas encore pleinement été démontrée.

Une situation qui contraste avec les difficultés en Occident

Il y a un an la Chine était à l’arrêt et le monde découvrait ce nouveau virus qui a bouleversé notre quotidien à plus d’un titre. Aujourd’hui, alors que l’Europe et l’Amérique font face à des vagues de contaminations successives, la situation semble sous contrôle en Chine, bien que le nombre d’infections quotidiennes semble en hausse.

Initiant sa campagne de vaccination en ciblant les travailleurs essentiels les plus exposés et les personnes vulnérables, Pékin souhaite se mettre à l’abri d’une recrudescence de l’épidémie à l’approche des festivités très attendues du Nouvel An. Bien qu’Israël soit en tête de la « course à la vaccination » en part de population, avec déjà plus de 20% de vaccinés, c’est bien la Chine qui domine les débats en terme de volume avec presque 50 millions de personnes vaccinées dans les prochaines semaines, soit 3,5% de sa population. Pour mener à bien sa campagne vaccinale, le pays s’est doté de 25 300 centres, répartis dans 75 villes et villages.

Quelle efficacité pour le vaccin chinois ?

Alors que de son coté l’Europe a misé sur les vaccins Pfizer-BioNTech, Moderna et AstraZeneca dont l’efficacité est estimée à plus de 90% pour les deux premiers et plus de 70% pour le troisième, la Chine s’appuie sur un vaccin développé par l’entreprise nationale Sinovac dont l’efficacité est aujourd’hui très discutée. Selon des études brésiliennes, le vaccin serait moins efficace qu’annoncé et dépasserait à peine les 50% requis par l’OMS. Dans un contexte de circulation réduite du virus dans le pays, certains, comme le professeur James Trauer, s’interrogent sur le choix d’accélérer le déploiement de la campagne de vaccination en raison de la difficile évaluation de son efficacité .