1

Un an après le drame du vol abattu par erreur par les forces iraniennes, le Canada réclame des explications à Téhéran

Le 8 janvier 2020 à 2h44 UTC, le vol PS – 752 de la compagnie Ukraine International Airlines décollait de Téhéran (Iran), à destination de Kiev (Ukraine). Il disparaîtra ensuite subitement des radars pour aller s’écraser dans un champ de la banlieue de Téhéran. 176 victimes sont à dénombrer, dont 63 Canadiens.

Si le gouvernement iranien a mis des jours à reconnaître que le crash résultait d’une frappe aérienne qui aurait mal tourné, un an après, des questions subsistent. Depuis un an, les familles des 176 victimes attendent des réponses qui ne viennent pas. Le crash ayant eu lieu sur le territoire iranien, ce sont les autorités du pays qui étaient chargées de mener l’enquête. L’analyse des boîtes noire a été faite en France, plus de sept mois après le crash, et l’Iran refuse de répondre à certaines questions. Le contenu des boîtes noires est inconnu de tous et le pays affirme que les réponses arriveront en temps et en heure.

Les familles des victimes tenues dans le secret

176 victimes, 82 Iraniens, 63 Canadiens et 11 Ukrainiens. Les familles des victimes tentent de lever le voile sur l’enquête iranienne, mais le pays refuse de communiquer toute forme d’information. Le gouvernement iranien avait d’ailleurs fait arrêter des proches qui manifestaient pour que lumière soit faite.  L’Iran se dit disposé à verser 150 000 dollars à chacune des familles impactées. Certains membres endeuillés ne cachent pas leur déception et disent attendre des réponses claires sur ce qui s’est passé le 8 janvier 2020. Hamed Esmaelion, président de l’association des familles de victimes du vol PS 752 a perdu sa femme et sa fille dans le crash. Selon lui, « on ne peut accepter que ce soit le meurtrier qui enquête sur le meurtre ». Les familles travaillent à la visibilisation de cet évènement afin d’obtenir des réponses.

Le gouvernement canadien appelle l’Iran à la vérité

Le premier ministre canadien Justin Trudeau a dans un communiqué exigé de l’Iran « une enquête approfondie, transparente et crédible ». Justin Trudeau attend de l’Iran qu’il identifie les coupables afin qu’ils soient traduits en justice. Le Premier Ministre ainsi que les familles de victimes estiment que l’Iran ne devrait pas enquêter sur lui-même, et qu’un Etat indépendant devrait se saisir de l’affaire. Le 8 janvier est à présent la journée nationale de commémoration des victimes de catastrophes aériennes au Canada.