1

Démocrates et Républicains trouvent un accord pour voter un plan de soutien à l’économie

Sans certitude qu’il s’agisse là d’un avant-goût de ce à quoi pourrait ressembler le mandat de Joe Biden, un compromis a été trouvé entre Républicains et Démocrates pour le vote du budget d’un plan de relance au Congrès. Dans un contexte où des millions d’Américains sont plongés dans la précarité du fait de la crise sanitaire et économique, un budget de relance à hauteur de 908 milliards a été établi, bien inférieur à ce qui avait été initialement attendu.

Les circonstances particulières de la crise du Covid ont été propices à la formation d’un accord, certes imparfait, entre Républicains et Démocrates, mais qui tranche avec les mois de vives oppositions et de refus de négocier qui ont précédé.

Un budget de soutien à l’économie et de lutte contre le virus

Dans un pays où les aides sociales sont habituellement maigres, le budget qui vient d’être voté va permettre à de nombreux Américains de bénéficier d’un minimum de soutien financier. Jusqu’à un revenu annuel de 75 000 dollars, les Américains recevront une aide de 600 dollars à laquelle viendra s’ajouter une autre aide également de 600 dollars destinée aux familles pour chaque enfant à charge. Passé le seuil des 75 000 dollars de revenu annuel et ce jusqu’à un maximum de 99 000 dollars, les citoyens toucheront aussi une aide, bien que moins élevée.

Enfin, un complément hebdomadaire de 300 dollars versé par les Etats s’ajoutera aux allocations chômage. En parallèle de ces aides, diverses enveloppes viendront compléter le dispositif existant de lutte contre le Covid19 avec notamment 69 milliards de dollars destinés à la distribution du vaccin, 22 milliards pour les tests et le traçage des cas contacts ou encore en soutien de l’économie avec 284 milliards dans le cadre du « Paycheck Protection Program » pour préserver les emplois en particulier dans les domaines des commerces et de la restauration.

Le compromis après la fracture de la présidence Trump ?

Avec respectivement 359 voix contre 53 et 91 contre 7, la Chambre des représentants et le Sénat, malgré leurs majorités opposées, se sont mis d’accord sur le document de 5 593 pages qui fixe les modalités du plan de relance. Peut-on voir là le symbole d’un retour à la politique du compromis qui a longtemps encadré les relations entre Démocrates et Républicains avant la polarisation plus marquée de ces dernières années ? Rien n’est moins sûr.

En effet, chaque camp a du revoir à la baisse l’ampleur de ses propositions et accepter en partie celles du camp d’en face. Ainsi, les Démocrates ont du renoncer à leur propositions de subventions aux collectivités locales tandis que les Républicains ont été contraints de donner leur accord au versement d’aides aux particulier dont ils ne voulaient pas entendre parler à la base. A noter également : l’accord trouvé pour la recherche sur la séquestration du carbone et la fin de l’utilisation d’hydrocarbures dans les quinze prochaines années. Surtout, le contexte particulier d’inquiétude sur un rebond moins fort qu’espéré de l’économie américaine et des conséquences sanitaires encore considérables de la pandémie ont encore renforcé la pression pour obtenir ce compromis.