1

Les projets de Moez-Alexandre Zouari, Matthieu Pigasse et Xavier Niel pour transformer la distribution et la consommation

Alors que Xavier Niel montait au capital d’Unibail Rodamco-Westfield, premier groupe de l’immobilier commercial dans le monde, ce dernier se distingue une nouvelle fois dans le monde économique français, en lançant un nouveau projet. C’est au côté de son fidèle partenaire Matthieu Pigasse et de l’entrepreneur Moez-Alexandre Zouari que le trio propose un projet de distribution et de consommation durable.

2MX Organics, le nom du prochain groupe, est déjà trouvé et met à l’honneur à la fois les prénoms des trois fondateurs et l’ambition du projet. Derrière cet acronyme se cache un trio de figures de l’économie française composé de Moez-Alexandre Zouari, Matthieu Pigasse et Xavier Niel.

2MX Organics : un projet de consommation durable, made in France

Le lancement de ce nouveau projet ne devrait pas effrayer ces hommes d’affaires, habitués aux coups. Connus pour le succès qu’ils sont parvenus à réaliser avec le groupe audiovisuel Mediawan, Matthieu Pigasse et Xavier Niel semblent vouloir répéter l’expérience dans un nouveau secteur. Spécialisés dans le secteur bancaire et du numérique respectivement, les deux hommes d’affaires ont décidé de poursuivre leur duo en utilisant une nouvelle fois les principes et procédés qui leur ont permis de parvenir à leur premier succès commun. 

Ils se sont pour cela associés à une figure qui s’est progressivement imposée dans le secteur de la grande distribution : Moez-Alexandre Zouari. Ce dernier, qui a réussi à développer son empire en quelques années, possède entre autres une partie des enseignes Picard ou Franprix, entre autres.

L’objectif des trois hommes est clair : imposer une enseigne de distribution favorisant une consommation durable, à l’échelle nationale, mais également européenne. Un projet qui s’inscrit dans la dynamique renforcée par la Covid-19 d’une consommation responsable et proche de chez soi.  

Pour atteindre ce dessein, les 2MX entendent lever en Bourse, dans le compartiment Euronext, entre 250 et 300 millions d’euros. Pour cela, la future entreprise prendra la forme d’une SPAC (Special Purpose Acquisition Company), autrement dit un véhicule d’acquisition permettant à la société de multiplier les acquisitions et les fusions, à l’image de Mediawan. Une ambition que les trois français entendent concrétiser dès le premier semestre 2021, avec une première acquisition.