1

Les raisons de la large victoire de Jacinda Ardern en Nouvelle-Zélande

Réélue avec une majorité jamais atteinte depuis l’adoption du nouveau système électoral en 1996, Jacinda Ardern, Première Ministre sortante et cheffe de file du parti travailliste néozélandais a recueilli près de 49% des suffrages, un score quasiment impensable dans un pays habitué aux coalitions gouvernementales. Plusieurs raisons explique cette vague électorale en faveur de la dirigeante Néozélandaise.

Plus jeune Première Ministre de la Nouvelle Zélande depuis cent soixante et un ans, Jacinda Ardern jouit d’une popularité très forte dans son pays grâce à son image de dirigeante proche des gens, au milieu de la mêlée et dotée d’un sens de l’humour certain. Une bonne image qui lui a permis d’obtenir ce résultat historique pour le pays.

Une leader proche des gens forte d’une excellente gestion de la crise sanitaire 

La situation inédite provoquée par la crise du Covid19, à laquelle tous les états doivent faire face, n’a pas empêché Jacinda Ardern de prendre les bonnes décisions lorsque celles-ci s’imposent. La gestion néozélandaise figure d’ailleurs parmi les meilleures du monde avec seulement 25 morts à déplorer dans le pays, un bon bilan sans doute facilité par la situation géographique isolée et le caractère insulaire du pays.

La Première Ministre n’a en effet pas hésité à fermer les frontières et d’imposer un confinement sévère à la population. Communiquant en permanence avec ses concitoyens au travers de lives réguliers depuis son domicile au moment du confinement, Jacinda Ardern a su conserver tout au long de cet épisode une image de dirigeante accessible qui a beaucoup plu, comme en attestent les résultats des élections. Un contexte difficile à contrer pour son opposante de droite Judith Collins, leader du Parti National (au pouvoir de 2008 à 2017), dont le parti n’a obtenu que 27% des voix.

Un programme progressiste 

Contrainte de ne prendre que de « petites » mesures au cours de son premier mandat en raison de sa coalition avec le parti populiste de droite « Nouvelle Zélande d’abord », Jacinda Ardern compte cette-fois, forte de sa majorité sans précédent, accélérer la cadence des réformes. Elle peut pourtant se vanter de nombreuses avancées sur le plan sociétal, avec notamment la dépénalisation de l’avortement auparavant puni de quatorze ans de prison. 

La Première Ministre a également soulevé la question du droit à l’euthanasie et de la légalisation du cannabis à usage récréatif, avec un référendum sur le sujet dont les résultats sont attendus le 30 octobre. Pour la suite, Jacinda Ardern souhaite mener des réformes de plus grande ampleur en particulier dans les domaines de la réduction de la pauvreté infantile, de la lutte contre les inégalités ou encore dans la lutte contre le réchauffement climatique.